Springald

Publié le par Emma

Fiche technique:

-auteur: Fujita Kazuhirô

-éditeur: Ki-Oon (collection Black Museum)

-nombre de pages: 208

-genre: Seinen (suspens, historique)

 

Résumé:

Au cœur de Scotland Yard, le Black Museum conserve secrètement les pièces à conviction des enquêtes liées aux pires criminels du pays, dont le mystérieux Jack Talons-à-Ressort
Londres, 1837. Un monstre aux jambes immenses, à la bouche en feu et aux griffes acérées apparaît la nuit pour déchirer les vêtements d’innocentes jeunes filles avant de s’enfuir en sautant de toit en toit, ne laissant derrière lui que l’écho d’un rire aigu aux accents de folie… Son surnom : Jack Talons-à-Ressort !
Le criminel disparaît de lui-même au bout de six mois… avant de refaire la une des journaux trois ans plus tard. Mais cette fois, pour meurtre ! Ce qui avait des allures de farce a pris un tour macabre : les victimes, toutes des femmes, sont retrouvées éventrées... L’inspecteur James Rockenfield, connu pour ses méthodes d’investigation brutales, s’est juré de mettre la main sur l’insaisissable Jack. Hélas, l’enquête se corse lorsque les indices le mènent aux portes du manoir d’un des nobles les plus fortunés du pays…

 

Mon avis:

Ce qui m'a attiré tout de suite, c'est la couverture de ce manga, et l'édition très soignée. Ensuite, après lu le résumé, le sujet me tentait puisque j'aime beaucoup le steampunk et tout ce qui se rattache à l'époque victorienne, surtout à Londres avec toutes les légendes urbaines de cette époque fascinante. Je n'ai absolument pas été déçue à la lecture de cette histoire, qui présente en plus l'avantage de tenir en un seul volume.

L'histoire aborde une légende que je ne connaissais absolument pas, ce qui m'a fait découvrir une nouvelle créature londonienne. De plus, la structure du manga est très originale et on se rend compte à la lecture, que l'auteur s'est beaucoup documenté pour écrire cette histoire. Il nous offre un projet ambitieux et différents de ce que j'ai pu lire en manga jusqu'à présent. Ce qui est le plus originale dans ce manga, c'est qu'entre chaque chapitre, l'auteur nous propose une double page intitulée La gazette du Black Museum, qui constitue une mine d'informations supplémentaires très appréciables. On en apprend plus sur la véritable enquête qui a été menée à l'époque sur ce fameux Jack Talons à ressorts, et cela apporte indéniablement un plus pour le lecteur.

Tout ce que je souhaite à présent, c'est que les éditions Ki-Oon continue cette très belle collection Black Museum avec d'autres récits de légendes urbaines.

Publié dans chronique, mangas

Commenter cet article